Archives de catégorie : PCE à l’honneur

La professionnelle du mois – Sarah Jaouen

publié le dans PCE à l'honneur

Quand avez-vous ouvert votre cabinet ?
Les écrits de l’hippocampe ont vu le jour en février 2023. Après une formation en journalisme, quelques années à travailler dans ce milieu, j’ai pris mon envol pour la Nouvelle-Zélande puis le Chili. À mon retour, un bilan de compétences m’a tout de suite dirigée vers le métier d’écrivaine biographe.

Quelles sont les principales prestations que vous avez développées dans le cadre de votre activité ?
Ma principale activité avec Les écrits de l’hippocampe est la rédaction de récits de vie pour des particuliers. Biographies, récit de naissance, de rencontre, de voyage, biographie d’entreprise… Cette prestation s’adresse à toute personne souhaitant être accompagnée à la rédaction de ses mémoires (quel que soit son âge). J’ai également développé mon activité avec des prestations de correction (simple et détaillée), relecture et réécriture pour tout type de texte (lettres, courriers, rapport, mémoire, récit, roman…).

Qui sont vos principaux clients ?
Pour le moment, mes principaux clients sont des particuliers de tout âge. Ma plus jeune cliente est une maman de 30 ans avec laquelle nous avons rédigé le récit de naissance de ses deux filles. Quant au plus âgé, il s’agit de Michel qui a récemment soufflé ses 95 ans et avait fait appel à moi pour faire le tri dans ses mémoires déjà rédigées, les corriger et les mettre en pages avant de les imprimer.

Prévoyez-vous de développer, à plus ou moins long terme, de nouvelles prestations ?
À court terme, je développerai la biographie d’entreprise. Celle-ci s’adressera à des professionnels, quel que soit leur domaine, souhaitant transmettre l’histoire de leur entreprise à leurs salarié.e.s.

Si vous voyez votre métier se transformer, comment l’imaginez-vous évoluer à plus ou moins long terme ?
Le métier d’écrivain biographe (qui est une branche du métier d’écrivain public) a de beaux jours devant lui. L’envie de transmettre et de laisser une trace à ses proches devient une réalité pour tous et toutes. De plus en plus de monde se rend compte des bienfaits de l’écriture. Tant sur le point personnel pour s’aider soi-même à tourner la page, que dans un élan de partage avec autrui. Plus il y aura de biographes professionnels proposant des prestations sérieuses et encadrées, mieux la profession se portera.

La demande la plus insolite ou la plus touchante qui vous ait été faite ?
Un homme a fait appel à mes services pour rédiger un récit de vie racontant son divorce. Celui-ci tenait à expliquer les faits tels qu’ils s’étaient réellement passés, sans mensonges, à ses enfants. Un besoin de vérité pure émanait de cette demande très touchante.

Avez-vous des ambitions particulières que vous aimeriez développer grâce à l’écriture ?
Mon ambition première est de faire connaître à tout un chacun le récit de soi. Se raconter relève de l’intime, du dépassement de soi, d’une prise de conscience de certaines réalités… Le récit de vie s’adresse à tout le monde, puisque chacun.e vit ou a vécu une vie singulière. Quel que soit l’âge, quelle que soit l’expérience, que le récit s’adresse aux autres ou à soi-même, tout le monde a quelque chose à coucher sur papier.

Un site Internet, une information, un article que vous voudriez nous faire découvrir ou partager ?
Je vous propose de découvrir mes prestations plus en détail sur mon site Internet www.lesecritsdelhippocampe.com. Vous y découvrirez également des retours d’expériences de client.e.s ainsi que des extraits de leurs ouvrages.

Coordonnées de votre cabinet :
Je réside dans le pays dinannais (Côtes-d’Armor) et me déplace dans les environs de 30 km alentour.
Vous pouvez me joindre directement par téléphone au 07 64 82 37 14 ou par mail à l’adresse suivante : contact@lesecritsdelhippocampe.com.

 

La professionnelle du mois – Delphine Guillou

publié le dans PCE à l'honneur

Quand avez-vous ouvert votre cabinet ?
J’ai créé mon entreprise « Des Mots pour des Histoires » en juillet 2011 à La Roche-sur-Yon, en Vendée. C’était selon moi, la suite logique après avoir suivi la formation écrivain public proposée par le CNED.

Quelles sont les principales prestations que vous avez développées dans le cadre de votre activité ?
Mes activités principales sont la rédaction de biographie pour les particuliers ainsi que la rédaction, pour des entreprises, d’ouvrages commémorant un évènement important tels que des anniversaires, des rachats…

Je propose aussi la correction de manuscrits pour les particuliers ou de documents professionnels pour les entreprises.

Je suis également formatrice au sein de deux établissements de formation privés à La Roche-sur-Yon ; mes domaines de prédilection étant la culture générale et l’expression ainsi que l’amélioration rédactionnelle d’écrits professionnels.

Mes compétences me permettent également de concevoir des CV et des lettres de motivation personnalisées ou encore des discours et du contenu web. 

Qui sont vos principaux clients ?
La majorité de mon chiffre d’affaires est réalisée auprès de professionnels : les centres de formation pour lesquels j’interviens en tant que formatrice, mais également les entreprises et les institutions, car les travaux à effectuer sont évidemment de plus grande envergure.

La plus grande partie de mes clients est constituée cependant de particuliers, fidèles ou ponctuels. Une fois leur récit de vie rédigé, certains reviennent me voir pour d’autres prestations, comme des discours, par exemple.

Prévoyez-vous de développer, à plus ou moins long terme, de nouvelles prestations ?
Actuellement, je n’ai pas pour projet de développer de nouvelles prestations d’écrivain public. Néanmoins, grâce au recrutement récent d’un apprenti en marketing et développement commercial, je compte accentuer la communication de la marque que j’ai créée et consacrer du temps à mes réseaux sociaux et au blog de mon site Internet. Les outils numériques et la communication digitale font effectivement partie des tâches importantes qu’un entrepreneur doit effectuer pour développer son entreprise.

Si vous voyez votre métier se transformer, comment l’imaginez-vous évoluer à plus ou moins long terme ?
Je pense que c’est une question très pertinente puisque l’avènement de l’intelligence artificielle apparaissait comme un outil qui allait pousser les écrivains publics vers la sortie. Mon opinion est que le métier d’écrivain public a encore des belles années devant lui. Je pense que le contact humain ne peut être remplacé par des ordinateurs. Nos qualités émotionnelles ainsi que nos compétences à « jouer » avec les mots resteront indispensables à la profession. C’est d’ailleurs ce que m’a répondu l’intelligence artificielle quand je lui ai posé la question. Toutefois, nous allons devoir, avec mes confrères, faire évoluer nos pratiques et nous servir de l’intelligence artificielle pour rechercher des informations sur des lieux ou évènements, par exemple, car ces recherches peuvent parfois être très chronophages.

La demande la plus insolite ou la plus touchante qui vous ait été faite ?
J’ai rédigé 62 récits de vie depuis mon installation. Malgré tout, je ne peux pas n’en retenir qu’une. Chaque histoire est unique, chaque demande est touchante parce qu’elle est chargée d’émotions. Chaque rencontre mériterait d’être citée, tellement j’ai appris et grandi avec mes clients.
Je vais donc répondre à côté en citant plutôt le moment le plus touchant de ma carrière : le jour où j’ai fêté les dix ans de mon cabinet. J’avais invité tous mes clients et plus de la moitié se sont déplacés pour l’occasion. Nous étions une cinquantaine pour cette fête. Une journée mémorable, émotionnellement très forte, dont certains me parlent encore.

Avez-vous des ambitions particulières que vous aimeriez développer grâce à l’écriture ?Récemment, j’ai accompagné un client dans la rédaction de son roman. Il avait une idée en tête depuis plus de dix ans, mais aucune structure pour rédiger un tel ouvrage. Or, j’ai suivi une formation en 2020 sur la structure du roman. En alliant son idée avec la technique que j’avais apprise, j’ai réussi à produire avec lui une histoire qui tient la route.
J’avais toujours eu envie de m’essayer à cet exercice, très précis. Aujourd’hui, j’ai envie de rédiger mon propre roman. Reste à trouver la bonne histoire… Les idées se bousculent, mais elles n’en sont qu’à ce stade, pour le moment.

Un site Internet, une information, un article que vous voudriez nous faire découvrir ou partager ?
Le mien, en toute modestie 😉 : https://www.desmotspourdeshistoires.fr/

Coordonnées de votre cabinet :
42 route des Sables, chez G1 Bureau, 85 000 La Roche-sur-Yon
06 83 85 61 03
Site web : https://www.desmotspourdeshistoires.fr/
LinkedIn : https://www.linkedin.com/in/delphine-guillou-%C3%A9crivain-professionnel-biographe-correctrice/
Facebook : https://www.facebook.com/ecrivain.biographe.correctrice.orthographe.vendee/

La professionnelle du mois – Catherine Floch

publié le dans PCE à l'honneur

Quand avez-vous ouvert votre cabinet ?
J’ai commencé mon activité en août 2023, après avoir validé la formation d’écrivain public du CNED. J’ai aussi une Maîtrise de Lettres classiques et une Maîtrise en Sciences de l’Information et de la Documentation. Auparavant, j’ai commencé à travailler comme documentaliste de presse chez Sciences & Avenir, et chez L’Étudiant. Ensuite, je suis devenue bibliothécaire à l’IUFM de l’académie de Versailles, puis à l’Université de Cergy.

Quelles sont les principales prestations que vous avez développées dans le cadre de votre activité ?
J’effectue très souvent la correction et la reformulation d’articles. Je réalise aussi des transcriptions de CSE.

Qui sont vos principaux clients ?
Ce sont des particuliers et des entreprises.

Prévoyez-vous de développer, à plus ou moins long terme, de nouvelles prestations ?
Je souhaiterais développer la rédaction de courriers administratifs pour les particuliers, ainsi que la relecture de mémoires, pour les étudiants, et d’ouvrages, pour les jeunes écrivains.

Si vous voyez votre métier se transformer, comment l’imaginez-vous évoluer à plus ou moins long terme ?
L’émergence de l’intelligence artificielle bouleverse beaucoup de métiers, comme le nôtre, et provoque de nombreuses interrogations et angoisses. Mais le contact humain reste très important, et il existe une vraie fracture numérique à combler, ce qui laisse un peu d’espoir.

La demande la plus insolite ou la plus touchante qui vous ait été faite ?
Ayant débuté depuis peu mon activité, je n’ai pas encore eu de demande insolite.

Avez-vous des ambitions particulières que vous aimeriez développer grâce à l’écriture ?
J’aimerais tenir un blog sur les maisons d’écrivain, et écrire des histoires pour la jeunesse. Je participe déjà à des concours de nouvelles pour écrivains amateurs.

Un site Internet, une information, un article que vous voudriez nous faire découvrir ou partager ?
Cette année, on célèbre le centenaire de la naissance du poète Georges Perros (1923 – 1978) qui a quitté Paris en 1956 pour s’installer à Douarnenez, où j’habite. À la fin de sa vie, il quittait à l’aube son HLM et rejoignait une « mansarde » près du port, où il relisait, volets fermés, des manuscrits pour les éditions Gallimard. Ses œuvres Une vie ordinaire ou Papiers collés sont à découvrir ou à redécouvrir !

Coordonnées de votre cabinet :
Katell Écriture – 06 49 77 53 15 - katellecriture@gmail.com
Page Facebook : https://www.facebook.com/profile.php?id=61550629247980

La professionnelle du mois – Coralie Chabaud

publié le dans PCE à l'honneur

Quand avez-vous ouvert votre cabinet ?
Formatrice en communication écrite et correctrice depuis huit ans, j’ai publié mon premier roman Le syndrome de la fille parfaite en 2022. L’écriture a pris de plus en plus de place dans ma vie. Après avoir suivi une formation de biographe et obtenu l’agrément de l’Académie des Écrivains publics de France, j’ai ouvert mon cabinet de biographe en septembre 2023.

Quelles sont les principales prestations que vous avez développées dans le cadre de votre activité ?
J’ai développé une prestation de biographie. Mon stylo est à votre écoute pour encrer vos mots afin d’ancrer votre histoire. J’ai également mis en place des ateliers d’écriture à distance pour encourager les gens à utiliser leur plume et les soutenir dans leurs envies créatives d’écriture.

Qui sont vos principaux clients ?
Mes principaux clients sont des particuliers. Ce sont soit des personnes âgées qui souhaitent retracer leur vie, transmettre une histoire, des valeurs ; soit des personnes qui veulent poser des mots sur leurs traumatismes, pour tourner la page.

Prévoyez-vous de développer, à plus ou moins long terme, de nouvelles prestations ?
En 2024, je souhaiterais développer davantage des ateliers d’écriture en présentiel. Je voudrais partager ma passion de l’écriture avec d’autres personnes et les aider à prendre confiance en leur plume.

Si vous voyez votre métier se transformer, comment l’imaginez-vous évoluer à plus ou moins long terme ?
Dans un monde qui va toujours plus vite, où le virtuel prend de plus en plus de place, je suis convaincue du besoin et de la nécessité de poser des mots sur notre vécu. C’est quelque chose qu’une intelligence artificielle ne peut pas faire et où l’humain, l’écoute, l’empathie sont irremplaçables. Je pense que mon métier va de plus en plus se développer à long terme.

La demande la plus insolite ou la plus touchante qui vous ait été faite ?
J’ai retracé le témoignage d’une aide-soignante qui travaille à la morgue. C’était un témoignage inédit, très intéressant, qui m’a fait découvrir le monde de la médecine légale. Elle a partagé des anecdotes poignantes qui amènent une réflexion sur le rapport de notre société à la mort.

Avez-vous des ambitions particulières que vous aimeriez développer grâce à l’écriture ?
L’écriture m’a permis de réaliser un premier rêve, celui de publier un livre. Le syndrome de la fille parfaite est sorti en octobre 2022. Et bientôt le deuxième à venir !

Un site Internet, une information, un article que vous voudriez nous faire découvrir ou partager ?
Découvrez le site de la Petite Boutique des Auteurs https://lapetiteboutiquedesauteurs.fr/
Des tas d’idées pour se faire plaisir autour de l’écriture.

Coordonnées de votre cabinet :
Coencrer, 43 rue Élie Lourmet, Villenave-d’Ornon - www.coencrer-biographe.fr

 

 

La professionnelle du mois – Muriel Thorens

publié le dans PCE à l'honneur

Quand avez-vous ouvert votre cabinet ?
Entrée en activité professionnelle d’écrivaine publique en juillet 2022, je me suis formée d'abord en Licence professionnelle “Écrivain public, conseil en écriture professionnelle et privée” de la Sorbonne Nouvelle en 2021-2022, durant laquelle j’ai passé la moitié du temps en stages variés. Cela a été l’occasion d'expérimenter ateliers, écritures de biographies et de récits professionnels. Ils ont donné corps et complété une partie théorique passionnante.
Mon parcours professionnel antérieur m’a menée sur des chemins où la créativité et les autres moyens d'expression étaient toujours présents et je n’hésite pas à réfléchir à des passerelles entre l’écrit et l’image, par exemple.

Quelles sont les principales prestations que vous avez développées dans le cadre de votre activité ?
Biographies, accompagnement personnel à l’écriture, écrits professionnels et de communication, ateliers d'écriture. J'écoute toutes les demandes avec attention, car j'essaie d’adapter mes propositions et mes compétences aux attentes qui sont à chaque fois très particulières. C’est pour moi ce qui fait le sel de ce métier.

Qui sont vos principaux clients ?
Ce sont actuellement, à parts égales, des privés, des associations, des entreprises et des organisations professionnelles qui m’ont sollicitée pour des biographies, des ateliers ou des écrits professionnels.
J'anime des ateliers d’écriture pour adultes et adolescents et accompagne des écritures de récit de vie.

Prévoyez-vous de développer, à plus ou moins long terme, de nouvelles prestations ?
Je suis pour l'instant en phase d'exploration et de consolidation de toutes ces activités mais je n'exclus pas une activité ludique extérieure, poétique. Après tout, mon entreprise s'appelle le Petit vélo des mots !

Si vous voyez votre métier se transformer, comment l’imaginez-vous évoluer à plus ou moins long terme ?
Par une ironie du sort, j'entre dans ce métier d'écriture à l'heure de l'IA. Ce qui semble nous apporter autant d'inquiétude va nous obliger à repenser et à renforcer, si besoin, notre métier sous l'angle de la relation humaine.

La demande la plus insolite ou la plus touchante qui vous ait été faite ?
J'ai écouté et découvert avec émotion la vie d'une paysanne centenaire. Denise a évoqué des épisodes de sa vie à destination de sa famille et j'ai pris un immense plaisir à les poser sur le papier. Ce fut une belle rencontre.

Avez-vous des ambitions particulières que vous aimeriez développer grâce à l’écriture ?
Favoriser et déployer un espace dans lequel mes interlocuteurs peuvent se sentir à l'aise pour parler et oser écrire, dans les ateliers, lors de l'aide que je peux apporter à l'écriture de leur propre ouvrage ou encore dans la transcription de leur récit. L’ambition de donner la parole ou la favoriser par l’écrit me tient à cœur, surtout pour les plus jeunes d’entre nous : lire et écrire, prendre le temps d’organiser sa pensée pour s’émanciper.

Un site Internet, une information, un article que vous voudriez nous faire découvrir ou partager ?
Je suis particulièrement sensible aux problématiques environnementales et agricoles qui nous touchent de plein fouet et remettent en cause la relation des humains au vivant. Je conseille la lecture ou l’écoute d’écrits de Baptiste Morizot, qui avec tant d’autres, repose cette question : comment évoluer favorablement dans un espace en se reliant à tout ce et ceux qui le constituent ? L’écriture et l’écoute me semblent être des outils privilégiés pour contribuer à relayer ces préoccupations.

Coordonnées de votre cabinet :
Le petit vélo des mots / Valence (26) - lepetitvelodesmots@gmail.com
06 63 20 37 71
(site web en cours de réalisation)

 

 

Le professionnel du mois – Julien Lescaux

publié le dans PCE à l'honneur

Quand avez-vous ouvert votre cabinet ?
Après un parcours varié à l’international, dans les secteurs de l’enseignement et de l’humanitaire, puis une activité de conseil et de formation à la communication en France, j’ai créé La Virgule point en octobre 2021.

Quelles sont les principales prestations que vous avez développées dans le cadre de votre activité ?
Mes démarches, mais également les opportunités nées des rencontres, m’ont amené à travailler plus particulièrement sur les missions suivantes :

  • permanence d’écrivain public (aide aux démarches administratives et numériques) ;
  • écriture biographique ;
  • accompagnement à la rédaction de dossiers de Validation des Acquis de l’Expérience (VAE) ;
  • rédaction web pour les entreprises ;
  • ateliers d’écriture en résidences pour personnes âgées.

Qui sont vos principaux clients ? (Particuliers, professionnels, collectivités, etc.)
Mes clients se partagent assez équitablement entre particuliers et entreprises, mais aussi des associations.

Prévoyez-vous de développer, à plus ou moins long terme, de nouvelles prestations ?
Je souhaite particulièrement développer mon activité d’écrivain-biographe à destination des particuliers, mais également des entreprises (car, oui, elles aussi peuvent raconter leur histoire via certaines personnes qui y sont impliquées !), ainsi que l’accompagnement aux candidats à la VAE, dont le travail se rapproche de l’écriture biographique, mais dans sa dimension professionnelle.

Si vous voyez votre métier se transformer, comment l’imaginez-vous évoluer à plus ou moins long terme ?
Si l’intelligence artificielle mettra peut-être à mal les prestations de correction de documents, je pense que celles (la majorité, heureusement) qui, au-delà de la compétence technique, ont pour cœur la relation humaine ont de beaux jours devant elles !

La demande la plus insolite ou la plus touchante qui vous ait été faite ?
Récemment, une association dédiée à transmettre la mémoire d’un homme politique de la 3e République a pris contact avec moi en vue de corriger et de réécrire un manuscrit récemment retrouvé, qui relate la vie de cette personnalité jadis publique. Il s’agit autant d’un travail de correction, que de relecture et de réécriture pour rendre ce récit biographique accessible à des lecteurs de 2023. Un projet qui s’annonce passionnant !

Avez-vous des ambitions particulières que vous aimeriez développer grâce à l’écriture ?
Je travaille à ma propre autobiographie.

Un site Internet, une information, un article que vous voudriez nous faire découvrir ou partager ?
La VAE est désormais accessible à tous via de nombreux dispositifs de financement public (Pôle Emploi, CPF, etc.). J’y suis engagé comme accompagnant auprès de l’association COODEVAD. Quel que soit votre secteur d’activité (ne tenez pas compte de la spécification dans l’URL ci-dessous), vous pouvez vous faire accompagner pour la rédaction de votre dossier.

https://www.coodevad.com/formations/vae-coodevad-coodevad-animateur-socioculturele-ecrits-professionnels/

 

Coordonnées de votre cabinet :
La Virgule point
1 rue des Arceaux
26340 Saillans
www.lavirgulepoint.fr

La professionnelle du mois – Alexandra Pelletret

publié le dans PCE à l'honneur

Quand avez-vous ouvert votre cabinet ?

Je m’appelle Alexandra Pelletret. Passionnée de littérature et d’écriture, j’ai décidé de mettre mes compétences au service d’autrui en créant mon cabinet d’écrivain public en 2022. Il s’appelle Au Fil de l’Encrier.

Quelles sont les principales prestations que vous avez développées dans le cadre de votre activité ?

Je propose des prestations pour les entreprises avec des activités de secrétariat telles que la rédaction de courriers, de comptes-rendus, de la numérisation ou de l’archivage.

Je suis également jury pour des centres de formation pour le titre professionnel de secrétaire ou d’assistantes de direction.

Pour les particuliers, je rédige des textes, des lettres. J’aide à écrire les lettres de motivation et les CV par exemple.

Je corrige des textes, peux les mettre en forme.

Qui sont vos principaux clients ?

Pour le moment, mes principaux clients sont des entreprises (PME / PMI) et les centres de formation.

Prévoyez-vous de développer à plus ou moins long terme de nouvelles prestations ?

Je souhaiterais mettre mes compétences au service des particuliers mais aussi d’associations.

Si vous voyez votre métier se transformer, comment l’imaginez-vous à plus ou moins long terme ?

Débutante en tant qu’écrivain public, je m’adapte pour le moment aux besoins et aux demandes de mes clients.

La demande la plus insolite ou la plus touchante qui vous ait été faite ?

Toute demande est spécifique. Chaque rencontre est unique et permet de découvrir des personnalités et des histoires particulières.

Un site internet, une information, un article que vous voudriez nous faire découvrir ou partager ?

Pour l’instant, je n’ai pas de site internet. Cependant, vous pouvez retrouver toutes les informations que le site www.pagesjaunes.fr.

Coordonnées du cabinet :

Au Fil de l’Encrier, 25 rue de la Dinière, 86180 Buxerolles, à côté de Poitiers, téléphone : 06.63.22.32.39 ou par mail : pjp.apelletret@gmail.com

La professionnelle du mois – Amélie Chastang

publié le dans PCE à l'honneur

Quand avez-vous ouvert votre cabinet ?
Mon cabinet, Les Mots d’une Planète, a pris officiellement vie le 7 janvier 2022 après 14 ans dans un établissement bancaire, un recoupement de facilités diverses que l’on me reconnaissait sans que je m’en aperçoive (!) et un bilan de compétences pour vérifier qu’il n’y avait pas erreur.

Quelles sont les principales prestations que vous avez développées dans le cadre de votre activité ?
J’ai trois activités principales actuellement : la biographie, les portraits d’entrepreneurs et de chefs d’entreprise (que ce soit pour des articles web ou des pages « à propos ») et la correction de tous types de documents.

Qui sont vos principaux clients ? (Particuliers, professionnels, collectivités, etc.)
Depuis que j’exerce, mes principaux clients sont des particuliers et des entrepreneurs individuels. J’ai tout de même réalisé des écrits pour une des plus grosses structures de ma ville et je coopère avec une association pour son livre anniversaire.

Prévoyez-vous de développer, à plus ou moins long terme, de nouvelles prestations ?
Avec le livre que je vais écrire pour une association, je compte ouvrir la porte des entreprises et collectivités concernant cette prestation : les livres d’entreprise qui peuvent être des outils puissants de communication, tant en interne (cadeau aux collaborateurs) qu’en externe.

Si vous voyez votre métier se transformer, comment l’imaginez-vous évoluer à plus ou moins long terme ?
Avec l’arrivée de l’intelligence artificielle – qui n’en est qu’à ses débuts et dont on ne soupçonne pas encore les possibilités futures -, oui, je suis convaincue que notre métier va se transformer. Mais je pense aussi que ce qui le maintiendra en vie, pour des prestations particulières liées à l’humain, ce sera notre capacité à transmettre des émotions, à poser les bonnes questions, à percevoir ce que le client n’irait pas dire de lui-même (encore moins à une machine).

La demande la plus insolite ou la plus touchante qui vous ait été faite ?
Pour le moment, je n’ai pas eu de demande particulièrement insolite. Mais j’ai deux prestations qui m’ont beaucoup marquée. La première, c’est une mère qui écrivait un journal à son fils lorsqu’il était bébé. Puis elle a arrêté. Pour ses 20 ans, nous avons créé un livre journal mêlant photos, extraits de ce journal, apports de textes complémentaires et la couverture était un de ses dessins d’école.
La deuxième est cette cliente qui m’a contactée pour un livre qu’elle n’arrivait pas à écrire et pour qui l’écriture s’est déverrouillée en cours de route et nous avons terminé la rédaction à quatre mains. Un vrai puzzle !

Avez-vous des ambitions particulières que vous aimeriez développer grâce à l’écriture ?
Déjà, l’écriture pour moi, comparativement à un grand nombre de mes consœurs et confrères, n’est pas une « passion » (je n’écris pas pour moi en parallèle !), mais un mode de pensée naturel. Je pense à l’écrit, et non à l’oral.
Mon ambition particulière serait d’être un jour retenue comme co-autrice de personnalités inspirantes (même si je ne supporte plus ce mot) pour écrire leur livre (autobiographie, idées), pas tant pour avoir mon nom à côté du leur, mais pour pouvoir faire vraiment leur connaissance.

Un site Internet, une information, un article que vous voudriez nous faire découvrir ou partager ?

Ceux qui voudraient en savoir plus sur moi peuvent me retrouver
sur mon site Internet : lesmotsduneplanete.fr;

Coordonnées de votre cabinet :

Vous pouvez me joindre :

Mon cabinet se situe à Limoges, mais je peux travailler à distance et je me déplace chez mes clients. Par contre, je ne reçois pas.

La professionnelle du mois – Anne Valancogne

publié le dans PCE à l'honneur

Quand avez-vous ouvert votre cabinet ?
Clerc de notaire, négociatrice, depuis 33 ans, je me suis installée écrivain public et j’apprends le métier, depuis novembre 2022.

Quelles sont les principales prestations que vous avez développées dans le cadre de votre activité ?
Je tiens une permanence du lundi au vendredi de 9 à 12h et sur rendez-vous, je suis à domicile l’après-midi. Je propose les travaux de secrétariat, la gestion du courrier, le classement des documents, les démarches administratives numériques, la rédaction, correction, saisie de texte, documentation.

Qui sont vos principaux clients ? (Particuliers, professionnels, collectivités, etc.)
Je propose une assistance, un accompagnement et des services personnalisés pour les particuliers.

Prévoyez-vous de développer, à plus ou moins long terme, de nouvelles prestations ?
Je souhaite développer l’accompagnement récit de vie.

Coordonnées de votre cabinet :

AV Ecrivain Public
8 passage Sainte-Catherine
42 000 SAINT-ETIENNE
09 88 31 99 58
contact@valancogne.fr

La professionnelle du mois – Laura Pontabry

publié le dans PCE à l'honneur

Quand avez-vous ouvert votre cabinet ?

J’ai ouvert Poids Plume LP en février 2023, après une formation d’écrivain public à distance, avec le CNFDI, et alors que j’étais encore en formation pour mon activité de correctrice, formation que j’ai terminée en avril, et que j’ai faite avec l’EFLC (École Française de Lecteur-Correcteur). J’avais déjà une formation littéraire (licence de Lettres Modernes) mais ces deux formations professionnalisantes m’ont permis de me lancer.

Quelles sont les principales prestations que vous avez développées dans le cadre de votre activité ?

Pour le moment, je fais principalement de la rédaction de courriers, notamment CV et lettres de motivation, ainsi que de la correction, que ce soit de documents professionnels ou de romans. Je fais également de la transcription depuis peu (passer d’un fichier audio à un texte).

Qui sont vos principaux clients ? (Particuliers, professionnels, collectivités, etc.) Je travaille surtout avec des particuliers, mais je compte me mettre en contact avec des maisons d’édition et des collectivités également, et je fais de la transcription de réunions pour des professionnels.

Prévoyez-vous de développer, à plus ou moins long terme, de nouvelles prestations ?

Je prévois de développer mon activité d’écrivain public, afin qu’elle soit aussi diversifiée que possible, en proposant mes services en tant que biographe par exemple. J’ai aussi l’intention de travailler avec des maisons d’édition et de travailler davantage sur des textes littéraires.

Si vous voyez votre métier se transformer, comment l’imaginez-vous évoluer à plus ou moins long terme ?

Le métier d’écrivain public, tout comme celui de correcteur, existe depuis bien longtemps. L’informatique l’a amené à évoluer, et l’intelligence artificielle pourrait être une menace, mais je crois (j’espère) qu’il sera toujours mieux de faire appel à notre intelligence humaine, bien que faillible, mais qui s’accompagne d’écoute, d’adaptabilité, d’empathie et de bienveillance. Je pense donc que notre métier a encore de l’avenir devant lui, et sera peut-être même amené à se développer encore, sous de nouvelles formes peut-être, ou sur des médias différents. 

La demande la plus insolite ou la plus touchante qui vous ait été faite ?

Étant donné mon jeune âge dans le métier, je ne peux pas dire que j’ai beaucoup d’anecdotes à raconter. Le travail le plus personnel et par conséquent touchant qu’il m’ait été donné de faire, c’est la correction d’un roman semi-biographique d’un monsieur d’origine portugaise, qui m’a laissé carte blanche pour modifier son travail. La simple correction s’est donc transformée en un travail de réécriture : à force, l’histoire et les personnages se sont un peu emparés de moi, ce qui a créé un certain attachement. Mon client est ravi de ce que j’apporte à son roman, non seulement en tant que correctrice, mais aussi en tant que conseillère qui fait son maximum pour son texte.

Avez-vous des ambitions particulières que vous aimeriez développer grâce à l’écriture ?

J’ai l’ambition d’être moi-même une autrice publiée un jour, mais aussi de travailler avec des maisons d’édition ou des auteurs que j’affectionne.

Un site Internet, une information, un article que vous voudriez nous faire découvrir ou partager ? 

J’ai failli ne pas utiliser le mot « autrice » au paragraphe précédent, alors que je l’affectionne, car je sais qu’il ne fait pas l’unanimité. Finalement, au lieu de m’auto-censurer, je me suis dit qu’il serait bon de faire un point dessus. Le mot autrice n’a rien de nouveau, même s’il écorche parfois les oreilles des plus sensibles (pourtant, il est sur le même modèle qu’acteur/actrice), qui voient dans la féminisation des métiers un barbarisme et un effet de mode. Outre le fait d’être un sujet important pour cesser l’invisibilisation des femmes dans certaines professions, le mot vient du latin, et était d’usage courant (la plupart des noms de métiers existaient au féminin d’ailleurs) avant l’arrivée de l’Académie française, qui a décidé de remasculiniser la langue. Ainsi, l’utilisation du mot autrice n’est qu’un retour aux sources de notre chère langue française. 

Coordonnées de votre cabinet :

Poids Plume LP
poids-plume-lp.com
poidsplumelp@gmail.com
07.61.73.97.95
à Chinon (37500) ou à distance