Géraldine Couget à Metz, PCE du mois

publié le dans PCE à l'honneur

Quand avez-vous ouvert votre cabinet ?

Après plus d’une quinzaine d’années d’activité de journaliste (principalement d’entreprise) et six ans dans l’édition (en tant que correctrice freelance), j’ai décidé en 2012 d’ajouter une corde à mon arc en devenant biographe de particuliers et rejoignant le réseau NPI (Nègres Pour Inconnus). Puis en janvier 2013, j’ai obtenu l’agrément de l’Académie des Écrivains Publics de France (AEPF) et suis devenue écrivain public. Depuis septembre 2014, j’exerce toutes mes activités rédactionnelles à Metz.

Quelles sont les principales activités que vous avez développées ?

Outre les tâches « classiques » d’un écrivain public, j’ai une expertise dans la rédaction de contenus institutionnels et de livres, non seulement en tant que biographe, mais aussi en tant que nègre. J’ai ainsi écrit deux livres (sur le thème de l’entrepreneuriat féminin et de la progression des femmes en entreprise aux postes à responsabilité) pour le compte d’un client. Ces deux ouvrages sont parus chez Eyrolles en 2014. Étant correctrice professionnelle depuis 2006 pour Eyrolles, j’ai aussi un savoir-faire à proposer en la matière à ma clientèle.

Prévoyez-vous de développer une nouvelle activité ?

J'ai des projets, notamment de formation à la communication en entreprise, d'une part, et d'aide administrative aux TPE d'autre part, mais ils sont encore au stade de la réflexion.

Qui sont vos principaux clients ? (particuliers, professionnels, collectivités, etc.)

Ce sont principalement des particuliers et des professionnels.

Quels problèmes rencontrez-vous dans l’exercice de votre métier ?

Il n’est pas évident de trouver des clients et de « se vendre » (une expression que je n’aime pas…). Aujourd’hui, le « marketing de soi » a le vent en poupe, surtout avec les réseaux sociaux. J’essaie toutefois de tirer mon épingle du jeu sans en faire trop, en étant présente et active sur Viadeo, LinkedIn, Facebook et bien sûr via mon propre site.

Par ailleurs, il n’est pas aisé de faire comprendre aux prospects qu’un écrivain public ou conseil en écriture est un professionnel dont les prestations sont rémunérées. Public ne signifie pas gratuit ! J’ai observé cet écueil surtout chez certains particuliers.

La demande la plus insolite qui vous ait été faite ?

Me demander de compiler plus de vingt ans de dossiers sur les problèmes psychiatriques d’un patient, qui voulait en faire un livre ! Ou encore de recueillir le récit de difficultés sexuelles de toute une vie. Deux propositions que j’ai déclinées…

Et la plus touchante ?

Réaliser la biographie d’un homme atteint d’un cancer incurable. Cette demande m’a été formulée par sa fille unique, qui voulait à tout prix garder une trace de son père avant qu’il ne soit trop tard. Nous n’avons eu le temps de nous voir que deux fois avec ce monsieur, qui a fait un effort conséquent sur lui-même — sans doute par amour filial — pour raconter toute sa vie (sans doute avec beaucoup d’ellipses…). Cinq jours après notre second rendez-vous, ce monsieur décédait. Sa fille a été très émue de lire les quelques pages retraçant soixante-dix ans d’existence et m’a même demandé de lui envoyer le fichier mp3 de nos entretiens.

Un site Internet, une information, un article ou toute autre chose que vous voudriez nous faire découvrir ou partager ?

J’écris régulièrement sur mon site (www.geraldine-couget.com) où j’alimente trois rubriques : « Bio Flash » (des biographies résumées de personnes connues et moins connues qui m’intéressent), « Secret des mots » (l’étymologie cachée de mots et d’expressions) et « Événements » (l’actualité du livre et de la littérature).

Je suis trilingue anglais - français - hongrois, de double nationalité française et hongroise. J’ai vécu en Bolivie et aux États-Unis.

En octobre 2014 est paru aux éditions Baudelaire un livre écrit pour une cliente, Le tortionnaire de mon âme (http://www.editions-baudelaire.com/product.php?id_product=1400). Le travail d’écriture de cet ouvrage m’a beaucoup marquée et permis de rencontrer une personne courageuse et déterminée à s’en sortir par le pouvoir de l’écriture. Grâce à notre collaboration, ma cliente m’a dit qu’elle ne se sentait plus coupable de ce qui lui était arrivé, mais bien victime !

Coordonnées de votre cabinet

11 rue de la Tête d’or

57000 Metz

06 81 99 22 26

geraldinecouget@orange.fr